Dimanche 29

Lundi 30 Janvier 2017.

 

Les résossoio sont, pour une grande part, des torrents de boue, d’eaux usées.

Résossoc’y eaux usées!

 ______

 Y a-t-il des hommes qui sont de leur enfance et d‘autres de leur adolescence?

Depuis ces derniers temps -depuis quand au juste? - que je recherche quelques souvenirs d’enfance, je débouche le plus souvent sur mon adolescence, bien plutôt que sur mon enfance proprement dite.

Puisque me voici « au temps (à l’âge) des souvenirs », parait-il...

Mon adolescence me semble beaucoup plus prégnante, pour le façonnage de ma vie, que mon enfance.

C’est oublier -oubli commun – que la vigne a des racines, et les racines se font par le sol. Il vrai que je n’ai toujours été qu’un piètre dégustateur… «Trois pinots et un lait-fraise»… c’est, encore, mon adolescence, et même ma prime jeunesse: la commande, à la terrasse du bistrot, si j’y étais avec trois copains; - le lait-fraise, bien entendu, était pour moi...

Mon enfance constitue une sorte de préhistoire. Tenter de l’évoquer relève d’une sorte d’archéologie. Cet essai, si aléatoire, de reconstitution à partir de fragments si infimes…

 

- Il faudra, un jour, sur le divan..., décrypter aussi cela: ce gamin des vignes qui n’aime pas le vin; pis encore, qui ne le supporte pas: deux gorgées, à peine; avalées, je sens déjà physiquement l’effet de l’alcool dans mes mollets, sur mes joues, dans mon crâne dont l’intégrité m’est si précieuse… -Physiologie générale aussi susceptible que le noyau central?...

Je n’aime pas perdre la tête. -En tout cas, pas à coup de pinard!…

Ce pauvre Glaude, qui m’exaspérait tant, à palabrer pendant des heures pour étaler doctement sa science œnologique… qu’il me pardonne : mon allergie aux ivrognes tient bien, elle, sans doute, de mon enfance… Peur et dégoût, composé de décomposés, compost fertile pour toutes les hostilités...

Colombe-de-la-paix-300x171