Samedi 22 Septembre 2018

In memoriam Maria Schneider

Et Satan mène le bal…

 

La réaction néo-puritaine contre nos belles années 1970 a encore frappé !

Après avoir « suicidé » David Hamilton, voici qu’elle ravive le souvenir de cette pauvre Maria SCHNEIDER, et de

l’ignoble Dernier tango à Paris...- Sa cousine, Vanessa SCHNEIDER, publie ces jours-ci un Tu t’appelais Maria

Schneider (Grasset), que j’aimerais voir de plus près, mais n’ai pas envie d’acheter...

J‘avais « aimé », ou, plus simplement, été touché, par cette actrice qui, à vrai dire, ne correspondait pas exactement à mes critères, avec ses seins un peu lourds, et le reste assez quelconque (physique d’adolescente courante, un peu courte, visage sans rayonnement, chevelure lamentable...), en cette époque où je cherchais, bien vainement, évidemment, des images de plastiques féminines idéales, égaré que j’avais été, dès mon adolescence, par les mensonges de la statuaire grecque en ses réalisations trop parfaites, reproduites en marge du Petit Larousse…

Bref, j’en étais même venu, quelques années plus tard, à rêver d’écrire un roman, inspiré d’elle, et de quelques autres, de l’ambiance du temps : une actrice de porno, allant faire, trouver sa « rédemption » dans la pureté des neiges du grand Nord… (Wikipédia m’apprend, à l’instant, qu’elle-même est allée, en effet, à un moment,« se ressourcer en Suède » ; le savais-je à l’époque ? Je n’en ai pas de souvenir précis ; ni de la date exacte de ce projet de roman : les années 80, 90 ? - En ai- je seulement quelques notes ? Je ne le sais plus…

Décidément! Je ne serai jamais « accordé » à mon époque, à mon présent.

Je parle de nos « belles années 70 », mais, évidemment, à cette époque, in illo tempore…, j’étais opposé à ce déferlement pornographique qu’on appelait « libération sexuelle » ; mais aujourd’hui je suis tout aussi allergique à la chape de plomb que cette réaction néo-puritaine, par « les femmes », notamment, nous infligent de jour en jour.

Quand Satan siffle la fin du bal, c’est toujours lui qui mène la danse ; sous le nom d’hypocrisie…

Si vous saviez le don de Dieu, imbéciles !

Dors en Paix, Maria !

Colombe-de-la-paix-300x171